Newsletter saisir un email

Tableau de bord : les indicateurs financiers

Dernière mise à jour :

Un tableau de bord est une série d’indicateurs visant à mesurer la performance d’une entreprise ou d’un département par rapport à un objectif, une norme ou encore une statistique.


Sommaire


C’est un outil de pilotage puissant qui permet le calcul des écarts et ainsi la mise en œuvre d’une politique visant à améliorer la
performance globale de l’entreprise. Il est à la fois un outil d’information, d’évaluation, de décision mais aussi de communication dans l’entreprise.

Tout décideur doit se doter d’un tel dispositif sous peine de perdre rapidement le contrôle de son entreprise.

Haut ↑

La présentation du tableau de bord

A l’image du tableau de bord présent dans nos automobiles, celui-ci doit être :

  • Pertinent : seuls les indicateurs les plus représentatifs de l’activité doivent y figurer.
  • Visuel : il doit pouvoir s’appréhender d’un coup d’œil.
  • Réactif : il doit être constamment mis à jour (de façon mensuelle voire hebdomadaire)

Les indicateurs peuvent prendre différentes formes :chiffres bruts, données financières, ratios. Ils peuvent aussi se présenter
sous forme de courbes ou d’histogramme ce qui permet de visualiser l’historique de l’indicateur. Les présentations en couleur peuvent être mises en place (vert quand tout va bien, rouge quand il y a un problème).

Avant tout système d’alerte, le tableau de bord ne vise pas à donner une information exhaustive. Si le besoin s’en fait sentir, le
destinataire du tableau de bord ira chercher d’autres informations ailleurs, dans d’autres services, en consultant les chiffres précis ou en rencontrant les salariés de l’entreprise.

Enfin le tableau de bord est un document lisible : on privilégiera les gros caractères, les caractères gras ou soulignés.


B/ Les destinataires du tableau de bord

Tout d’abord les responsables de départements et de services afin qu’ils puissent juger de la performance de l’équipe dont ils ont la charge.

Ensuite le chef d’entreprise lui-même à qui il offrira une vision globale de son entreprise.

Eventuellement, avant la remise du tableau au plus haut responsable, il peut être demandé aux directions de département de faire un premier commentaire sur les indicateurs afin d’engager le dialogue.

Haut ↑

Les principaux indicateurs financiers et leur utilisation

Il  faut savoir que le nombre d’indicateurs financiers est presque illimité (on parle de plus de 200 indicateurs possibles !). Il s’agit ici uniquement de présenter les indicateurs les plus pertinents, et surtout ceux qui permettent une réaction
rapide sans remise en cause totale de la structure.

  • Chiffre d’affaire dégagé sur la période : cet indicateur peut être ventilé par produits ou famille de produits ; On
    s’attardera davantage sur son évolution que sur le chiffre lui- même.
  • Affaire moyenne traitée (ou panier moyen) :là aussi l’évolution sera surtout prise en compte. Sachant qu’en général le coût unitaire pour un client est le même quel que soit le montant des achats on sera attentif à une baisse de cet indicateur.
  • Taux de nouveaux clients : c’est le nombre de nouveaux clients rapporté au nombre de clients fidèles. Cela permet de mesurer le dynamisme commercial de l’entreprise.
  • Taux de marge brute par opération : exprimé en pourcentage, c’est la différence entre le prix de vente et le prix de revient (coût d’acquisition pour les entreprises uniquement commerciales) divisé par le prix de vente. Une érosion du taux montre des difficultés à vendre au prix catalogue,  soit sous l’effet d’une concurrence accrue,
    soit d’un marché atone.
  • Solde de trésorerie d’exploitation :différence entre les encaissements et les décaissements d’exploitation. Cela
    indique si l’exploitation dégage du cash de façon récurrente.
  • Solde global de la trésorerie : A suivre particulièrement. Une baisse continue du solde de trésorerie indique des
    difficultés de rentabilité de l’entreprise.
  • Evolution des comptes clients : une forte augmentation de ceux-ci peut être bien entendu liée à une progression du chiffre d’affaire. Mais elle est souvent le résultat d’un laisser-aller au niveau des relances clients.
  • Montant du carnet de commandes : cela donne une visibilité à plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Une baisse continue présage de difficultés futures.
  • Estimation du chiffre d’affaire prévisionnel  pour les 3 prochains mois : Tout comme le montant du carnet de commandes, il nous donne une visibilité et donc laisse la possibilité d’une action commerciale rectificative au cours des prochains mois.


Commenter cet article


Espace membre
pour que votre réaction soit publiée immédiatement, merci de vous connecter à votre compte

Se connecter et publier

Vous n'êtes pas encore inscris
sur LegiSocial.fr

S'inscrire et publier

Commentaire libre
Vous pouvez réagir sans vous inscrire, votre
commentaire n'apparaîtera en liqne qu'après
modération.






Copyright (c) PME-Gestion - http://www.pme-gestion.fr/