Newsletter saisir un email

Connaître les principales sources de financement

Date de publication :

Lorsque vous avez déterminé vos besoins de financement, vous avez accès à une multitude de ressources pour équilibrer votre plan de financement. En théorie seulement, car l’octroi de ces ressources obéit à des conditions assez strictes, comme par exemple le niveau de vos fonds propres et votre capacité d’autofinancement.

 

Une des principales préoccupations d’un dirigeant d’entreprise et, a fortiori, de son directeur financier, est de trouver des ressources financières au meilleur coût dans le maquis des ressources disponibles.

En rythme de croisière, la principale source de financement doit naturellement être l’autofinancement, qui rémunère les activités courantes et permet d’assurer aux actionnaires un rendement en rapport avec les efforts financiers consentis et le risque encouru.

Comme nous l’avons vu dans l’article relatif aux besoins de financement, la marge brute d'autofinancement (MBA) ou "capacité d'autofinancement" mesure la capacité d'une entreprise à "générer du cash" et par conséquent à s'autofinancer grâce aux revenus générés. La MBA se calcule en rajoutant au résultat net après impôts les dotations aux amortissements et les dotations aux provisions car ces écritures comptables ne correspondent pas à des paiements effectifs, à la différence des autres produits (chiffres d’affaires, subventions…) et des charges : salaires, charges sociales, loyers, honoraires… En regardant vos comptes sociaux et vos soldes intermédiaires de gestion, vous verrez que la marge brute d'autofinancement s’obtient également en retirant l’impôt sur les sociétés de votre excédent brut d’exploitation (EBE).

Le schéma ci-dessous résume le chemin qui aboutit, au sein du compte de résultat, à la formation de la marge brute d’autofinancement :

Si l’on reprend le schéma qui résume la construction du plan de financement en fonction des besoins d’une  entreprise (cf. article « Calculer ses besoins de financement »), on voit que la marge brute d’autofinancement (MBA) constitue une ressource essentielle du plan de financement lorsqu’elle est positive… et demeure un besoin de financement lorsqu’elle est négative.

 

Des emprunts bancaires peuvent compléter significativement votre plan de financement. Si vous créez par exemple un restaurant en reprenant un fonds de commerce existant, certaines banques sont susceptibles de vous octroyer un prêt représentant les trois quarts de la valeur du fonds de commerce à condition que votre projet soit crédible et que vos apport en capitaux soient suffisants. Dans cet exemple apparemment simple (c’est en réalité très difficile de créer et faire prospérer un restaurant !), vous ne pourrez pas vous contenter d’être juste bénéficiaire : il faudra que votre marge brute d’autofinancement soit suffisante pour rembourser les prêts bancaires et financer les nouveaux investissements liés par exemple à des travaux et des aménagements complémentaires.

Certains professionnels considèrent que l’endettement d’une entreprise ne devrait pas dépasser trois fois le niveau de son excédent brut d’exploitation (EBE), sauf à compromettre vos capacités de remboursement.

Certaines activités sont susceptibles de bénéficier de subventions et/ou d’avances remboursables à taux zéro. C’est notamment le cas des entreprises innovantes, qui bénéficient d’aides très avantageuses comme les aides de Bpifrance (www.bpifrance.fr), d’exonérations d’impôts et de réductions de charges liées au statut Jeune Entreprise Innovante (JEI), du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) ou du Crédit d’Impôt Innovation (CII). Les pôles de compétitivité peuvent également vous aider à accéder à diverses aides à l’innovation. La plupart de ces aides sont néanmoins limitées aux fonds propres de votre entreprise.

On voit donc que les marges de manœuvre dont dispose un entrepreneur pour financer son développement sont nombreuses mais cadrées par une série de règles et de ratios prudentiels qui limiteront la propension d’un banquier ou d’un organisme public à « faire vos fins de mois ». Le tableau ci-dessous résume vos marges de manœuvre à partir des principales composantes d’un compte de résultat et d’un plan de financement.

En rythme de croisière, votre principale marge de manœuvre est liée à votre excédent brut d’exploitation (EBE) diminué de la variation de votre besoin en fonds de roulement (D BFR), afin de prendre en compte les décalages de flux de trésorerie entre les décaissements et les encaissements inhérents au cycle d'exploitation de votre entreprise.

La plupart des paramètres du tableau ci-dessus sont déterminés soit par votre bilan (notamment vos fonds propres) et  les ratios d’exploitation propres à votre secteur d’activité. Des prêts d’honneur peuvent compléter cette panoplie. Le cas échéant, certaines dettes et/ou avances remboursables sont par ailleurs renégociables et certains crédits d’impôts (CIR/CII) peuvent constituer d’appréciables « boosters » d’appoint.

Dans les faits, une seule source de financement est potentiellement illimitée : il s’agit des augmentations de capital. A titre d’exemple, la société Deezer a levé fin 2012 un montant de 100 M€ pour accélérer le développement de son site d'écoute de musique à la demande. L’entreprise réalisait alors près de 70 M€ de chiffre d’affaires. Certaines sociétés de biotechnologie lèvent également des dizaines de millions d’Euros sans quasiment faire de chiffre d’affaires et en réalisant des pertes considérables pendant les premières années. Ce qui compte dans ce cas, c’est de présenter des perspectives de croissance importantes avec, au final, des bénéfices considérables qui rémunéreront les capitaux engagés…

Nous verrons dans l’article consacré à l’ouverture du capital quelles sont les questions que vous devez vous poser avant de faire monter à bord de nouveaux investisseurs.



Commenter cet article


Espace membre
pour que votre réaction soit publiée immédiatement, merci de vous connecter à votre compte

Se connecter et publier

Vous n'êtes pas encore inscris
sur LegiSocial.fr

S'inscrire et publier

Commentaire libre
Vous pouvez réagir sans vous inscrire, votre
commentaire n'apparaîtera en liqne qu'après
modération.






Copyright (c) PME-Gestion - http://www.pme-gestion.fr/