Newsletter saisir un email

Préparer son dossier pour la banque

Dernière mise à jour :

Avoir un projet, vouloir investir ou se trouver confronté à un problème de trésorerie : dans tous ces cas, le chef d’entreprise va être amené à rencontrer son banquier. Encore faut-il savoir quoi lui dire et quoi lui présenter pour le convaincre de participer.


Sommaire


Il faut alors démontrer deux choses : votre capacité à rembourser le concours financier octroyé par la banque et une meilleure profitabilité pour l’entreprise.

Haut ↑

Les documents indispensables

Quel que soit le motif de votre rendez-vous, il vous faut vous munir d’un certain nombre de pièces indispensables à l’ouverture du dialogue et à la compréhension de votre projet.
La dernière liasse fiscale (bilan, compte de résultat et annexes) est l’élément indispensable. Par ailleurs il est toujours agréable
pour un banquier de voir son client lui présenter dans le même temps un compte de résultat prévisionnel sur au moins deux ans, un budget de trésorerie sur les douze prochains mois ainsi que différentes pièces justificatives (devis,
factures, etc ..).

Haut ↑

Le projet d’investissement

Le remplacement d’un matériel existant

L’entreprise peut être amenée à renouveler un matériel obsolète. Les causes peuvent être multiples : panne définitive, petites
pannes successives, coûts d’entretien devenus prohibitifs, nouvelles normes ou réglementations, nouvelles technologies…A ce moment, elle envisage d’investir dans un nouveau matériel et a besoin d’un prêt bancaire.

Dans tous ces cas, le chef d’entreprise aura tout d’abord rencontré les fournisseurs et fait établir un devis ou une facture pro-forma. En plus des pièces listées ci-dessus, il aura à cœur de présenter un document récapitulatif des enjeux et de la rentabilité de ce nouveau matériel.

Prenons l’exemple d’un matériel existant présentant un coût d’entretien de plus en plus élevé : le document présenté listera
(avec éventuellement factures à l’appui) les différents coûts sur les dernières années  tout en montrant l’augmentation constante de ceux-ci. On pourra aussi évaluer le coût d’inactivité du matériel en réparation (perte de chiffre d’affaire, clientèle mécontente, problèmes éventuels de qualité). Enfin on rapprochera ces coûts avec le montant du remboursement du prêt afin de démontrer si possible qu’une partie du coût du crédit est compensé par l’absence de coûts  d’entretien et de réparation du nouveau matériel (matériel neuf et sous garantie).

L’acquisition d’un matériel nouveau

Pour l’acquisition d’un matériel nouveau, il est évident que le devis ou la pro-forma est aussi obligatoire. Mais ici le chef
d’entreprise doit démontrer que ce nouveau matériel ne va non pas diminuer forcément ses coûts comme précédemment, mais augmenter son chiffre d’affaire et donc son résultat.

Il doit être établi un compte de résultat prévisionnel sur trois ans, montrant bien entendu l’impact du nouvel investissement sur la profitabilité de l’entreprise. Ce chiffrage doit s’appuyer sur des éléments tangibles tels qu’une étude de marché ou des demandes écrites d’une partie de la  clientèle pour un nouveau type de produits ou service.

Ayez une démarche globale : n’oubliez pas les éventuelles embauches liées à cet investissement, la formation du personnel
déjà présent dans l’entreprise, les modifications du contrat d’assurance, les coûts induits (eau, électricité, transport par exemple) ou encore des coûts commerciaux de démarchage d’une nouvelle clientèle.

L’aspect coût / rentabilité peut néanmoins être présente si vous souhaitez rapatrier au sein de l’entreprise une activité actuellement confiée à un sous-traitant : il est alors indispensable de montrer à la fois une évolution favorable du marché (et donc une hausse du coût de sous-traitance) et une opportunité d’investissement en propre pour satisfaire davantage la clientèle.

Haut ↑

Les concours bancaire à court terme

L’entreprise est confrontée un jour ou l’autre à des difficultés de trésorerie et doit alors faire appel à sa banque pour une aide
ponctuelle.

N’attendez pas que le banquier vous contacte :prenez les devants en anticipant les difficultés.

Le document présenté doit être un budget de trésorerie prévisionnelle sur les 12 prochains mois. Ce document doit montrer clairement les besoins futurs mais limités dans le temps.

Il sera accompagné d’une fiche expliquant les raisons de cette dégradation (saisonnalité, fermeture provisoire, avances de trésorerie liées à un gros contrat). Il mettra ensuite l’accent sur le redressement de la trésorerie (redémarrage de l’activité, encaissements conséquents à plus long terme).

Ce document doit aussi permettre d’engager un dialogue pour le plus long terme : le besoin est-il exceptionnel ou
réapparaitra-t-il chaque année ? Quelle sont les solutions les plus adaptées ?

Haut ↑

L’entreprise en création

L’entreprise en création a des besoins financiers variés : financement des investissements et éventuellement du cycle
d’exploitation.

Le responsable d’entreprise doit alors s’inscrire dans une démarche globale et lister l’ensemble des besoins.

Pour se faire, il doit convaincre le banquier de la rentabilité future du projet et s’appuyer ainsi sur un business plan solide. C’est
donc un document complet qui doit être remis à la banque : description du projet, analyse du marché, concurrence, organisation future, main d’œuvre nécessaire, et bien entendu éléments financiers : compte de résultat
prévisionnel sur 3 ans, bilans prévisionnels, plan de financement, budget de trésorerie sur 12 mois.

Là aussi, ce document doit permettre d'engager un dialogue constructif visant à trouver les meilleures solutions.



Commenter cet article


Espace membre
pour que votre réaction soit publiée immédiatement, merci de vous connecter à votre compte

Se connecter et publier

Vous n'êtes pas encore inscris
sur LegiSocial.fr

S'inscrire et publier

Commentaire libre
Vous pouvez réagir sans vous inscrire, votre
commentaire n'apparaîtera en liqne qu'après
modération.






Copyright (c) PME-Gestion - http://www.pme-gestion.fr/