Newsletter saisir un email

Explication de la diminution du fonds de roulement

Dernière mise à jour :

Le fonds de roulement est représentatif de la structure financière de l’entreprise. Sa diminution est un facteur aggravant de détérioration de la trésorerie.

Nous allons tenter de définir les causes de cette diminution et lancer plusieurs pistes pour trouver des solutions.


Sommaire


Haut ↑

Rappel du principe général du fonds de roulement

Le fonds de roulement est la différence entre les emplois stables et les ressources stables. On peut donc l’exprimer ainsi :

FR= capitaux permanents (capitaux propres + emprunts) – immobilisations nettes.

Il est important de comprendre que le fonds de roulement représente l’équilibre financier à long terme de l’entreprise.Un fonds de roulement positif donne la possibilité de pouvoir financer tout ou partie du besoin en fonds de roulement.

Au contraire un fonds de roulement négatif indique l’impossibilité de financer des emplois stables par des ressources durables.
Cela revient à acquérir des immobilisations en utilisant des ressources à court terme, qui sont aléatoires et fluctuantes. Financeriez-vous votre maison avec un découvert bancaire ?

Haut ↑

Les principales causes de la diminution du fonds de roulement

L’absence de profits

En générant des pertes comptables, l’entreprise diminue le montant total de ses capitaux propres, ce qui revient à diminuer le fonds de roulement. Dans la plupart des cas, cette perte conduira aussi à une dégradation de la trésorerie.

La solution est loin d’être simple. Si la perte est due à un événement exceptionnel ou à un début d’activité un peu poussif, la situation se rétablira l’année suivante. Sinon, il faudra revoir entièrement la stratégie de l’entreprise : définir de nouveaux produits ou services, revoir la politique de prix, réfléchir à une nouvelle cible de clientèle par exemple.
Mais cela peut prendre plusieurs mois, voire plusieurs années.

En attendant un crédit sur une durée de 3 ou 5 ans permettra à l’entreprise de renforcer ses capitaux permanents. En cas de refus des banques, un nouvel apport en capital pourrait s'avérer judicieux.

L’acquisition d’immobilisations non amortissables

Il existe un principe simple s’agissant d’immobilisations et d’emprunts. Dans un premier temps, la valeur des immobilisations entrantes s’équilibre avec le crédit octroyé par la banque. Puis, sous l’effet des dotations annuelles aux amortissements, la valeur des immobilisations diminue.
Mais dans le même temps, le montant de l’emprunt inscrit au bilan baisse. Il y a donc un équilibre naturel qui se fait dans le haut de bilan.

Dans le cas d’une immobilisation non amortissable, le montant de l’emprunt baisse mais la valeur de l’immobilisation reste stable.

Voyons un exemple :

  • Acquisition d’une immobilisation amortissable sur 5 ans : 10 000 €
  • Emprunt de 10 000 € sur 5 ans.
fin d'année valeur nette immobilisation emprunt restant dû écart
1 8 000 8 000 0
2 6 000 6 000 0
3 4 000 4 000 0
4 2 000 2 000 0
5 0 0 0


L’écart de 0 signifie que le fonds de roulement n’est pas impacté par l’investissement et son mode de financement.

Maintenant prenons une immobilisation non amortissable de même valeur financée par le même emprunt.

fin d'année valeur nette immobilisation emprunt restant dû écart
1 10 000 8 000 2 000
2 10 000 6 000 4 000
3 10 000 4 000 6 000
4 10 000 2 000 8 000
5 10 000 0 10 000

A l’issue des 5 ans la dégradation du fonds de roulement a été de 10 000 €.

Que faire ?

Augmenter son résultat comptable. Ce qui se fait d’une façon quasi mécanique. La dotation aux amortissements étant inexistante, le résultat enregistre automatiquement une hausse de 2 000 €. A condition que l’entreprise soit profitable.

Cette remarque est valable aussi dans le cas d’une immobilisation amortissable : on abaissera le montant des immobilisations
de 2 000 € par an mais dans le même temps , les capitaux permanents baisseront de 4 000 ( 2 000 pour l’emprunt et 2 000 pour le résultat suite à la dotation). Il convient donc d’investir dans les immobilisations qui apportent un surplus de rentabilité à l’entreprise.

La distribution de dividendes

Parce que les dividendes sont pris sur le résultat, ils diminuent les capitaux propres. Si l’on distribue moins que le résultat, on
aura tendance à augmenter le fonds de roulement. Dans le cas contraire, cela signifie qu’on prendra sur les réserves.

Il convient donc de ne jamais distribuer plus que le résultat. Et tenir compte de la trésorerie réellement disponible.

L’autofinancement

Payer cash une immobilisation peut être tentant si votre trésorerie le permet. Mais cela aboutira forcément à une diminution du fonds de roulement. Parce que vous allez augmenter vos besoins stables sans contrepartie dans vos ressources durables, tout simplement.

Il vaut mieux conserver l’autofinancement pour les besoins d’exploitation (besoin en fonds de roulement). Ayez toujours à l’esprit qu’un investissement se finance par l’emprunt ou éventuellement par une augmentation de capital.

Conclusion sur le mécanisme général

Une simple chose à comprendre : l’équilibre.

Pour chaque augmentation des besoins stables, il doit y avoir une augmentation du même montant des ressources durables.  Si ces dernières baissent, les besoins doivent reculer aux aussi.

Pour conclure :

  • Soyez profitable.
  • Evitez l’autofinancement. Réservez- le aux besoins d’exploitation.
  • Ne distribuer jamais plus que ce que vous gagnez.
  • Procédez à des investissements rentables pour l’entreprise.


Commenter cet article


Espace membre
pour que votre réaction soit publiée immédiatement, merci de vous connecter à votre compte

Se connecter et publier

Vous n'êtes pas encore inscris
sur LegiSocial.fr

S'inscrire et publier

Commentaire libre
Vous pouvez réagir sans vous inscrire, votre
commentaire n'apparaîtera en liqne qu'après
modération.






Copyright (c) PME-Gestion - http://www.pme-gestion.fr/