Newsletter saisir un email

Les fondamentaux sur les grandes masses et équilibres du bilan

Dernière mise à jour :

Le bilan est le reflet du patrimoine de l’entreprise à un instant T. mais plus qu’une simple liste de comptes, c’est davantage une compilation de blocs qui s’équilibrent (ou non) et qu’il faut comprendre.


Sommaire


Haut ↑

La notion de permanence dans le haut du bilan

A l’actif, tout en haut, nous trouvons l’actif immobilisé. Il s’agit là des immobilisations détenues par l’entreprise. Celles-ci pourraient être définies comme des outils productifs.

Il peut s’agir d’immobilisations incorporelles (comme un fonds de commerce), corporelles (des immeubles, des véhicules, bref des éléments tangibles) ou encore des immobilisations financières.

Nous noterons ici la notion de permanence : ces éléments sont ici pour durer, pour produire ou aider à la production pendant de nombreuses années, elles n’ont pas vocation à être cédées rapidement. On les nomme fréquemment les emplois permanents.

Au passif, apparaissent les fonds propres : le capital social, les réserves ou encore le résultat de l’exercice précédent. Il s’agit là d’argent soit apporté par les associés (cas du capital social) soit gagné par l’entreprise et conservé afin de faire face aux besoins futurs (donc non distribué en tant que dividendes). Ce sont donc des fonds placés à long terme dans l’entreprise.

Les emprunts sont aussi des ressources à long terme. Ils sont très souvent associés à la notion de financement des investissements, donc des immobilisations.

L’ensemble capitaux propres et emprunts se nomme les capitaux permanents.

Ces ressources permanentes sont une sécurité pour l’entreprise. Elles sont présentes de façon constante, récurrente et donc amenées à financer les emplois permanents. C’est la notion de fond de roulement : un fond de roulement positif signifie un excèdent de ressources stables et cet excèdent pourra aussi servir à financer les besoins d’exploitation que nous verrons plus loin. Au contraire, un déficit au niveau de ce fond de roulement implique un besoin lourd non couvert par des ressources sures. Le danger est alors grand de voir ces grandes masses d’immobilisations financées par les ressources court terme, fluctuantes, imprévues, sujettes parfois à de fortes variations (en cas de saisonnalité par exemple).

Donc gardons à l’esprit que nos capitaux permanents sécurisent notre situation financière et se doivent de financer nos immobilisations.

Haut ↑

La notion de liquidité dans le bas de bilan  

A l’inverse de ces grandes masses du haut du bilan, les comptes situés plus bas sont représentatifs de l’exploitation même de l’entreprise.

A l’actif, on y trouve les stocks et les créances (clients et diverses). Au passif, les dettes fournisseurs et les autres dettes.

Parce que l’exploitation d’une entreprise est sujette à des variations souvent quotidiennes, on peut parler de liquidité de ces comptes. Ils varient continuellement, au gré des affaires traitées, des contrats passés ou encore des commandes effectuées.

Le crédit octroyé par les fournisseurs est une ressource mais à court terme (généralement inférieure à 30 voire 60 jours). A l’inverse, les comptes clients sont un besoin mais lui aussi à court terme : votre crédit clients n’est pas infini et est  appelé à se renouveler au fil des ventes. Les stocks, quant à eux, de par leur rotation (cycle achat/ transformation/ vente) sont aussi soumis à de fortes variations entrainant tantôt des surstocks, tantôt des ruptures.

Dans la plupart des cas, le crédit fournisseurs est incapable de combler le besoin financier créé par les créances clients et les stocks. On parle alors de besoin en fond de roulement. 

Et ce besoin sera comblé par les ressources permanentes supplémentaires dégagées par notre fond de roulement. En effet, l’excédent de ressources dont nous parlions plus haut va servir à financer ces besoins cycliques, atypiques que sont le crédit clients et le poids des stocks.

Finançons donc ces besoins court terme par un excédent de ressources long terme dégagé par un fond de roulement positif. 

Haut ↑

La trésorerie

La trésorerie disponible dans l’entreprise est alors la résultante des besoins et des ressources vus plus haut. 

Imaginez des ressources permanentes inférieures aux besoins stables su haut de bilan et aussi un crédit fournisseurs incapables de couvrir les besoins nés de l’exploitation : c’est alors une trésorerie négative qui apparait (découvert bancaire).

A l’inverse, un fond de roulement positif (donc un excédent de ressources stables) conjugué à un besoin en fond de roulement négatif (donc des besoins financés par des ressources court terme)  donnera une trésorerie positive à l’entreprise.

Haut ↑

Conclusion

un bilan est donc dit équilibré lorsqu’il répond à ces deux critères : 

  1. Un fond de roulement positif, donc un excédent de ressources stables par rapport aux emplois permanents.Un financement de besoins à court terme par des ressources court terme et aussi par l’excédent de ressources long terme dégagé par le fond de roulement.
  2. Cela donne une trésorerie positive et surtout une sécurité financière accrue à l’entreprise. 


Commenter cet article


Espace membre
pour que votre réaction soit publiée immédiatement, merci de vous connecter à votre compte

Se connecter et publier

Vous n'êtes pas encore inscris
sur LegiSocial.fr

S'inscrire et publier

Commentaire libre
Vous pouvez réagir sans vous inscrire, votre
commentaire n'apparaîtera en liqne qu'après
modération.






Copyright (c) PME-Gestion - http://www.pme-gestion.fr/